L' U M P NE SAIT PLUS QUOI DIRE

Publié le par regis-andre

avion.jpg

 

remettons les choses au clair

 

thalys.jpeg

F. Hollande, à pied, à cheval, en train ou en voiture !

 

 

 

Lorsque, le 24 avril 1962, apparaissant à la télévision à une heure moins le quart du matin, le premier ministre Michel Debré appelle les Parisiens à se rendre à l'aéroport du Bourget « à pied, à cheval ou en voiture » pour repousser par les armes les parachutistes putchistes d'Algérie, on ne lui a pas rétorqué qu'il mettait en danger leur sécurité. Lorsque François Hollande se rend en train à Bruxelles et en revient en voiture, sa sécurité devient tellement importante aux yeux de l'UMP qu'elle lui reproche une dangereuse tocade.

« Quand on est président de la République, on ne choisit pas son petit confort, les solutions qui vous amusent le plus ou vous plaisent le plus ». Confort, tu parles, revenir de Bruxelles au petit matin en voiture, on peut trouver mieux. Mais c'est l'appréciation du sarkozyste Henri Guaino, et tout l'UMP embraye derrière : François Hollande s'est ridiculisé et a ridiculisé la France (et même l'Espagne, puisque Mariano Rajoy, Premier ministre, était du voyage aller en train).
On se souvient que, lorsque François Fillon était revenu à Paris de son fief sarthois en avion, n'assumant pas de faire abattre par la chasse un pilote de coucou de tourisme ayant eu le malheur de croiser sa trajectoire, il avait plaidé que prendre le TGV aurait provoqué des gênes aux autres voyageurs en raison des immenses mesures de sécurité indispensable pour ramener un Premier ministre (pourtant dispensable) de la gare de Sablé (Maine-&-Loire) à celle de Montparnasse.

Eh bien, François Hollande a forcément contraint tous les voyageurs des Paris-Bruxelles ou Bruxelles-Paris à céder la place à son train et son wagon plombé, tel un Lénine rentrant de Suisse en Russie, et c'est bien la preuve que ce président « rouge » se moque du peuple.

Tenez, en ces temps de récession économique, il a risqué de mettre les finances de la France à plat, en osant s'exposer à un attentat qui obligeait les Françaises et les Français à retourner, pour un coût faramineux, aux urnes… En sus, la manœuvre politicienne est évidente : imposer des primaires à l'UMP entre Fillon, Juppé et Copé !

Ce n'est pas tant le fait en soi que les commentaires qu'il inspire qui retiennent le plus l'attention. Ainsi de celui d'un visiteur du site du Figaro, Tiodo : « vous adulez ce pantin et vous prétendez aimer la France ? ». 

On peut effectivement critiquer François Hollande : il aurait pu passer la nuit à Bruxelles et on peut quand même croire que le gouvernement belge (si, cela existe de nouveau) aurait pu lui mettre à disposition en cas d'urgence un avion pour regagner Paris au plus vite… Comme si, d'ailleurs, un président français serait incapable de prendre une décision d'urgence depuis Bruxelles ! Il aurait été au contraire plus proche du commandement de l'Otan, mais peu importe.

La nouvelle a déjà suscité près de 630 commentaires sur le site du Figaro, la grande majorité allant tous dans le même sens : « c'est beaucoup plus cher que l'avion » ; « il arrive comme le péquin moyen, il n'est pas digne de nous représenter » ; « qu'il fasse du stop » ; « c'est une gêne pour les autres passagers » ; « les pseudo journaleux béats devant Flamby le crétin satisfait » ; « stop à la démagogie » ; « il est rentré en DS… K »… Je glisse sur les franches injures à l'endroit d'un chef d'État en exercice, car d'une part je ne suis pas délateur et d'autre part la modération a postériori du Figaro a dû quand même faire le ménage.

Pour moins que cela, Sarkozy aura déjà intenté des poursuites, car il était, lui, digne de la fonction, et savait le manifester, estimerons les sarkolâtres. Mais bon, comment le leur reprocher, surtout si on a été un adepte du Sarko bashing n'en ratant pas une sur le ludion malfaisant, lui qui, jusqu'au dernier moment et sa dernière apparition, a fait rehausser ses talonnettes pour ne pas paraître trop nain à côté de son successeur. Je sais, cette remarque est tout aussi stupide, et je peux donc fort bien comprendre qu'à l'UMP on ne puisse pas non plus se contenir.

Train+voiture, c'est certainement beaucoup plus dispendieux que l'ensemble des sondages du quinquennat écoulé, si l'on en croit les présupposés de l'électorat UMP. Sarkozy, à vélo, c'est aussi beau qu'un lavabo, Flamby, à bicyclette, aurait l'air d'une lopette. C'est de ce niveau.

« La route, à coté de l'avion, c'est la porte ouverte à de nombreuses causes d'accident, » considère doctement Geverdi. Aventureux, téméraires, casse-cous qui n'effectuez pas tous vos déplacements en avion ou hélicoptère, tenez-vous le pour dit ! « Valets [des socialistes] de l'audio-visuel », vous n'avez pas signalé si Hollande avait ou non payé les péages ! C'est bien la preuve qu'il vole les petits investisseurs qui ont racheté les autoroutes à l'État.

Personne ne semble avoir relevé que l'Ave (Alta velocidad española) de la Renfe, inaugurée avec Alstom, est passée à Talgo et Bombardier ou Siemens. Traitre à la Grande Allemagne, ce président français qui vante le TGV français à un Premier ministre espagnol ? Allez, tant qu'on y est… Mais il aurait dû employer l'hélico pour faire la pub d'Eurocopter (si, si… on n'en est pas à une contradiction près).

Mais pas d'hélico, car c'est un pleutre : depuis qu'allant à Berlin, François Hollande avait risqué d'être foudroyé, c'est quasiment en camisole de force qu'il a fallu l'embarquer dans l'avion vers les États-Unis.

Les plus modérés rappellent que Jacques Chirac prenait à l'occasion le train, entraînant sans doute lui aussi moult dépenses supplémentaires. Un facétieux lui reproche d'avoir mouillé les sièges de sa voiture de fonction en s'exposant bêtement sous la pluie lors de sa prise de fonction. Blanc Jeanne laisse supposer que les extrémistes belges auraient pu en profiter pour attenter à sa vie. Mohabon a vu un policier tous les 100 m entre Bruxelles et Paris et « d'autres sur tous les ponts et carrefours, etc. ». Imaginez effectivement qu'il ait effectué le trajet en pédalo sur les canaux : des milliers de policiers mobilisés, des éclusiers sur le qui-vive, obligés d'enfreindre les 35 heures.

Vers 18:30, on en était à près de… 680 commentaires, couvrant près de 50 pages (ou écrans). Les derniers regrettent qu'on ne parle pas ce jour de la « Poufadour » (la First Girl Friend, Valérie T.). 

Ce qui est amusant, c'est de voir les sarkozystes en appeler à René Dosière pour établir le coût faramineux de ce déplacement. Selon BFM TV, ce serait, d'après le député encore apparenté socialiste, dans les 2 000 euros. Mais bon… À président ridicule, somme « ridicule » ou encore trop élevée ?

Google recense, rien que pour les pages francophones, déjà plus de 330 articles ou contributions en rubrique « actualités » (dont la présente). Bizarrement, quand le président-candidat Sarkozy prenait le train en compagnie de Nathalie Koscisuko-Morizet, pour un Paris-Lille, il ne se mettait pas davantage en danger qu'une ministre bientôt en congé de gouvernement (c'était le 24 fév.) mais que le monde entier nous enviait. Il est vrai qu'en Thalys, le président sorti avait une toute autre allure que l'actuel. Et personne ne reprochait à la presse de ne pas évoquer le petit coussin rehausseur qu'il s'était mis sous ses augustes fesses (tandis que NKM était priée de se tasser pour la photo). Je sais, c'est bas, c'est vil… Mais tant qu'à perdre son temps, autant le faire inélégamment.

Au fait, de retour sur l'autoroute, François Hollande se serait régalé, aux frais du contribuable, d'un sandwich : halal, forcément halal… Enfin, ce n'est pas tout à fait sûr, mais cela devrait le devenir.

HOLLANDE  quoi que dise la droite restera modeste c'est dans ses gênes , DE GAULLE  se rendait bien à COLLOMBEY en D S  .

où est le problème , pour de courtes distances le président se déplace en trai puis en voiture .

SARKO lui prenait son avion et ensuite l"hélicoptère et faisait barrer les routes dans un périmètre de 5 km autour du lieu où il se trouvait il l'a fait lors de sa visite à l'île longue finistère .

Hollande lui entre dans la foule et c'est cela un vrai dirigeant il ne craint pas son peuple .



 

Commenter cet article